Le nouveau Nokia 3310, le téléphone « bête » qui veut conquérir le monde  

s’imposer sur un marché dont il a quasiment disparu. Bon marché et offrant une autonomie hors pair, ce modèle a été conçu pour séduire en Chine, en Inde, en Amérique Latine et en Afrique.

Pour les geeks, c’est comme si le Comte de Monte-Cristo venait affronter Superman. Et pourtant, en pariant sur la relance du 3310, son téléphone le plus mythique, Nokia a tout sauf perdu la tête. Cette stratégie que les nouveaux géants de la téléphonie n’ont pas vu venir, pourrait porter ses fruits.

En remettant au goût du jour ce vieux modèle, le finlandais ne cherche évidemment pas à détrôner l’iPhone. Il veut s’imposer sur le marché d’un téléphone complémentaire aux smartphones. Une stratégie qui a du sens en Asie (Chine, Inde et Asie du Sud Est), en Afrique et en Amérique latine où vivent des millions de personnes à faibles revenus. Pour cette clientèle potentielle, plus les appareils sont performants, plus ils sont chers et moins ils répondent à leurs besoins.

Un téléphone qui fonctionne longtemps et partout

Cherchant en permanence à se connecter aux rares réseaux, les smartphones épuisent leur batterie. Et les nouveaux usages, comme le GPS, les vident encore plus vite. Doté d’un écran bien moins gourmand en énergie, le 3310 fonctionne à merveille avec une connexion 3G. Il peut donc ainsi répondre longtemps à la fonction de base d’un téléphone: passer des appels, les recevoir et communiquer pas SMS. f94535f47724aa5e49dba10502d4c-1

L’autonomie est l’autre point fort du 3310 dans des régions du monde où les coupures d’électricité sont fréquentes et peuvent parfois durer plusieurs jours. À moins d’être équipé d’une batterie solaire, il devient impossible de recharger son smartphone. Or côté autonomie, le téléphone du finlandais bat tous ses concurrents. Comme l’a promis Arto Nummela, PDG de HMD, le fabricant choisi par Nokia, il « permettra de parler pendant 22 heures ». De quoi séduire les bavards.

Enfin, en vendant l’équivalent de 49 euros son « dumbphone » (mobile bête, surnom donné en opposition aux smartphones intelligents), Nokia n’impose pas de choisir entre un iPhone et un 3310. On peut avoir les deux, avec chacun son usage.

Ce 3310 permettra-t-il à Nokia de revenir dans la cour des grands de la téléphonie mobile? Les spécialistes en doutent. Thomas Husson, analyste chez Forrester, a indiqué à l’AFP que pour lui, « ça restera un marché de niche […] ». Il estime que pour Nokia, ce « coup de communication, est un moyen de faire un effet halo sur les autres modèles en faisant reparler de la marque ». En tout cas, l’opération a incontestablement réussi en mettant Nokia au centre des conversations dans les allées du salon de Barcelone. 

Source