Santé: Saviez-vous que « hypersomnie » peut entraîner votre mort…?

Combien de sommeil vous faut-il?
La réponse à la question ci-dessus n’est pas assez difficile. Mais ce n’est pas une partie de plaisir non plus…!!! Malgré cela, d’une part nous n’avons aucune idée de la quantité idéale de sommeil pour chacun d’entre nous, d’une autre part les scientifiques ont des suggestions assez fortes. Ils nous recommandent en une nuit de sommeil de dormir de 7 à 9 heures… Nous connaissons tous les méfaits d’une nuit sans repos ou avec moins d’heures de sommeil. Mais, nous ne réalisons pas aussi qu’en général, l’excès de sommeil lui aussi est un poison. Moins de sommeil est une maladie et cela implique d’autres dangers pour la santé. Même l’hypersomnie n’est guère différente….
Creusons un peu plus profond et essayons de connaître les raisons pour lesquelles nous devrions impérativement éviter de dormir trop: Zzzzzzz…

dormeurs sont enclins à la dépression…

La plupart des cas de dépression sont dus à l’insomnie. Mais, nous avons un nombre considérable de cas qui se rapportent à hypersomnie. Une personne déprimée veut dormir plus et le fait de dormir encore plus aggrave votre dépression… Dans les pires des cas, la dépression due à hypersomnie, peut être traitée en privant le patient de sommeil. Si cela persiste, consultez un expert pour surmonter de telles situations.

hypersomnie n’est qu’un cerveau émoussé…

Le sommeil de nuit, est le moment où notre cerveau traite notre mémoire. Ainsi, notre cerveau efface les résidus indésirables en produisant et en équilibrant les neurotransmetteurs pendant que nous dormions. Ainsi, une quantité suffisante de sommeil est vitale. Trop dormir peut être la raison directe de nombreuses maladies cérébrales liées à cela. Comme une insuffisance de sommeil peut provoquer des résultats excédentaires comme la maladie d’Alzheimer associés avec la démence. L’hypersomnie engendre également des problèmes cognitifs…

avec le cœur…

Pourquoi l’hypersomnie peut provoquer des risques cardiaques? Il n’y a pas de raison établie pour le moment. Mais l’étude a révélé certains chiffres qui peuvent nous inquiéter. Une étude sur 72.000 femmes avec des habitudes de sommeil différentes, a prouvé que les femmes qui dorment de 9 à 11 heures la nuit étaient plus vulnérables -de 38%- aux problèmes cardiaques, que celles qui dormaient de 7 à 8 heures.

 4 Cela peut mener au diabète.

Une étude réalisée en Amérique a indiqué une relation d’impact entre le sommeil et le diabète. Plus de 9 heures de sommeil la nuit, augmente le risque de diabète de 50%. Le sommeil quotidien d’environ 7 heures est la quantité optimale pour réduire ce risque. Même ceux qui dorment moins de 5 heures ont le même risque. Les chercheurs ne donnent pas de véritable phénomène pour soutenir le résultat, mais ils nous suggèrent d’éviter hypersomnie pour prévenir le diabète…

nne une sensation de « gueule de bois »…

Oui, le sommeil est relaxant. Mais un excès peut provoquer des douleurs graves qui sont en contraste avec son but réel. Les chercheurs croient que l’excès de sommeil affecte certains neurotransmetteurs comme la sérotonine. Cet effet, en retour, se traduit par des maux de tête. Les personnes qui dorment dans la journée et réduisent leur quantité de sommeil la nuit sont également sujettes à ce problème. Jadis, les personnes souffrant de maux de dos se reposaient davantage pour remédier à cela. Maintenant, c’est un fait connu que, même plus de repos peut également provoquer un mal de dos. Une quantité importante d’activités et d’exercices est nécessaire pour éviter de telles douleurs…

 6 L’hypersomnie affecte vos capacités reproductives…

Une recherche coréenne en 2013 a montré que les femmes qui dorment de 7 à 8 heures la nuit avaient un taux de grossesse plus élevé. D’autre part, celles qui ont de 9 à 11 heures de sommeil avaient un taux plus bas, voire minime. Les médecins révèlent que les habitudes de sommeil chez les femmes modifient leurs rythmes circadiens, les sécrétions d’hormones, et le cycle même de leur menstruation. Pourtant, ils ont dit qu’il est difficile d’établir la raison exacte de l’effet du sommeil sur la grossesse.

Source